Archives par mot-clé : prix

La politique de prix des maisons

MONTRÉAL – Même avant les élections provinciales de cet automne, de nombreuses personnes se sont questionnées sur l’influence qu’aurait le Parti Québécois, s’il gagnait les élections, sur le prix des maisons.

Avec les préoccupations en cours de bétonnage dans le marché de la copropriété et les niveaux d’endettement en hausse chez les Canadiens, certains craignent que l’un des plus grands risques pour les valeurs des propriétés du Grand Montréal viendrait d’une « Pauline Premier », en référence à la chef du PQ Pauline Marois.

Pourtant, les économistes et les observateurs de l’immobilier sont prompts à rejeter l’idée d’une victoire du PQ qui conduirait automatiquement à une baisse de la valeur des propriétés résidentielles dans la région du Grand Montréal.

«S’il y avait un référendum sur la souveraineté, je serais intéressé, mais pas si le Parti québécois est tout simplement élu », a déclaré un dirigeant francophone du Québec une grande agence immobilière qui a parlé à condition que son nom ne soit pas imprimé, en raison de la la sensibilité du sujet.

Cela dit, les perceptions associées à une victoire du PQ pourrait mettre un frein à ce qui a été lent, mais l’intérêt croissant des investisseurs étrangers et à l’extérieur de la province dans les milliers d’unités de condos neufs sont annoncés pour le centre de Montréal, le plus grand boom immobilier depuis le premier élection du PQ en 1976.

maison

Les niveaux d’immigration, qui ont été en hausse constante depuis 2005, pourrait également ralentir considérablement si le Parti Québécois était mis au pouvoir. «Les investisseurs à l’étranger déteste les climats politiques qui pourraient être fragile », a déclaré Brian Persaud, un courtier immobilier de Toronto, et l’auteur du livre Investir dans les Condominiums. « Il existe une association que le PQ équivaut à la séparation. »

Jetez un oeil à la valeur des maisons à Montréal depuis 1980 et vous verrez un marché lent et régulier. Les prix des maisons unifamiliales dans la région du Grand Montréal sont encore à la traîne de la moyenne canadienne, malgré le doublement entre 2000 et 2008. Pourtant, la région de Montréal seulement a diminué au cours de cinq des 21 dernières années, quel que soit le gouvernement provincial était au pouvoir.

Pour un changement de gouvernement qui affectera les prix des maisons, il faudrait une incidence directe sur les facteurs qui influent sur l’immobilier, y compris les données démographiques, l’emploi et les taux d’intérêts, a expliqué Carlos Leitao, économiste en chef à la Banque Laurentienne. La première élection du gouvernement du Parti québécois en 1976 est l’un de ces changements, car il a entraîné le départ de masse des sièges et des anglophones montréalais.

«Dans les précédents épisodes politiques, en particulier dans les années 1970, il y avait une nette tendance démographique – l’exode massif de personnes, » a dit Leitao. Le Conseil immobilière du Grand Montréal, cependant, ne dispose pas de données sur les prix des maisons unifamiliales avant 1980.

Dans le milieu des années 1990, les prix des maisons unifamiliales dans la région du Grand Montréal ont diminué de un pour cent à deux pour cent par an. Le prix des condos, pour sa part, a glissé de six pour cent en 1996, un an après que  le camp du Non a fait une maigre victoire suite à un référendum clou-biter sur la séparation.

Leitao et d’autres, comme l’économiste et spécialiste en investissement immobilier Karsten von Wersebe, cependant, attribuent la baisse des prix au cours des années 1990 plus à l’économie que le climat politique. Le milieu des années 1990 étaient des années de récession, aggravée par les mesures gouvernementales d’austérité budgétaire.

« Pour moi, le plus gros problème à l’époque était la récession qui a été très difficile», a dit Karsten Von Wersebe.

Une victoire du Parti Québécois, aujourd’hui, a ajouté M. von Wersebe, pourrait mettre certains propriétaires très nerveaux, mais une baisse de la confiance des consommateurs ne conduirait pas à une ruée des propriétaires de vendre leurs maisons, si les niveaux d’emploi et les taux d’intérêt reste stable.