Voyager dans l’espace, destination 2014

L’espace fait rêver l’être humain depuis des siècles et des siècles. Alors que des milliards de gens vivaient dans la pauvreté à travers le monde, les grandes puissances comme les États-Unis et l’ex Union Soviétique ont à l’époque dépensé des sommes colossales dans le seul but d’être le premier pays à envoyer quelqu’un sur la lune. Aujourd’hui, même si la course à l’exploration spatiale ne semble plus être aussi présente dans l’imaginaire des politiciens, l’être humain est encore à la recherche de d’autres planètes dites habitables.

Pour les citoyens lambda qui ont abandonné le rêve de devenir astronaute, la visite de l’espace semble pratiquement inatteignable. Pourtant, ce n’est pas exactement le cas! Il y a quelques mois, CTV annonçait un partenariat historique entre des entreprises en aérospatiale et une agence de voyage, Unik Tour, afin de pouvoir envoyer des touristes dans l’espace.

Space travel

Un voyage de test en décembre

Philippe Bergeron, qui est président de l’agence, sera un des premiers canadiens à tester le tourisme suborbital, après la longue excursion du célèbre Guy Laliberté il y a quelques temps. Si le voyage a lieu comme prévu, M. Bergeron serait le 15e être humain à vivre le tourisme suborbital, une tendance qui croîtra lentement compte tenu des coûts assez élevés relatifs à la visite dans l’espace.

Un coût près du 100 000$

Selon les chiffres avancés par CTV, un voyage à bord du Lynx Mark 1 coûterait 95 000$. À ce prix, les gens voleront 60 kilomètres au dessus de la terre et ils auront la chance de vivre sans gravité pour trois à quatre minutes. Le vol, étonnamment, ne sera que d’une durée de 45 minutes! Pour ceux qui aimeraient prolonger un peu leur séjour, il y aura moyen, pour 5 000$ de plus, de voler 15 minutes de plus. Le modèle de navette sera légèrement différent.

Faudra-t-il une formation préalable?

Évidemment, comme les critères de sélection des astronautes sont excessivement sévères, il ne fallait pas s’attendre à ce que le voyage dans l’espace soit réalisé sans un minimum d’entraînement préalable. Celui-ci est optionnel, mais il est fortement recommandé pour que ceux qui tenteront le voyage suborbital puisse être les plus confortables possible.

Un vol en jet L-39 Albatross, par exemple, permettra aux gens de voir un peu mieux quelles sont les sensations qui sont vécues lors d’un vol suborbital, via le changement de paliers de force gravitationnelle. Évidemment, l’altitude ne sera pas à ce point au rendez-vous, mais c’est un début. Ensuite, on peut aussi payer pour faire un tour dans la G-Centrifuge, qui impose au corps humain de fortes émotions: vous serez dans une cabine située au bout d’un bras mécanique et vous tournoierez à des vitesses exceptionnelles. Enfin, vous pourrez aussi  tester le vol en apesanteur.

Si vous décidez de ne pas faire ces étapes, vous aurez quand même droit à une formation pré-départ de base, qui vous sera mieux expliquée par l’équipe d’Uniktour.

Quels sont les compétiteurs?

Évidemment, Unik Tour n’est pas exactement la seule entreprise à offrir un tel service. Virgin, qui est surtout connue par les Nord-Américains pour ses services de téléphonie, frappe un grand coup en commençant ses voyages spatiaux dès 2014. Les tarifs sont nettement plus élevés que son rival canadien: on parle d’au moins 250 000 dollars américains pour obtenir un siège au sein de la navette. On ne peut pas dire que les spécifications du voyage étaient très claires sur le site web lors de la rédaction de cet article, mais la durée d’un voyage suborbital avec Virgin Galactic sera peut-être un peu plus longue.

Source de l’article: http://www.ctvnews.ca/sci-tech/quebec-travel-agency-strikes-deal-to-offer-trips-into-space-1.1138968

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)