Archives par mot-clé : québec

Les classiques culinaires du Québec

Au Canada, on dit qu’une province détonne largement de ses voisines : le Québec. Bien des choses sont différentes au sein de cette ancienne colonie française! Hormis la langue, qui est un facteur assez visible, on remarque également des tendances socialistes beaucoup plus développées que les autres provinces canadiennes : c’est la seule province à avoir voté massivement pour un gouvernement social-démocrate, l’isolant davantage face à la majorité conservatrice.

Là où le Québec se distingue également, c’est sans doute au niveau de ses goûts culinaires particuliers. Plusieurs mets reconnus sont en fait nés au Québec, et d’autres y ont tout simplement trouvé une popularité emblématique. En connaissez-vous certains? Nous les éplucherons ensemble aujourd’hui. Faites attention : si vous n’avez pas mangé, votre appétit pourrait se manifester assez vite!

La poutine, LE met traditionnel

Toute personne ayant passé un minimum de temps au sein de la province saura que la poutine est le mets traditionnel par excellence. Il est principalement constitué de trois ingrédients bien simples. Tout d’abord, de délicieuses frites croustillantes sont nécessaires pour former « la base » du mets. Ensuite, ajoutez-y un fromage frais, généralement en « crottes » (c’est ainsi qu’on le surnomme là-bas). S’il ne grince pas sous la dent, il n’est pas assez frais! Pour finir, versez une sauce brune chaude sur les deux autres ingrédients. Qu’est-ce qu’une sauce brune? En fait, c’est une sauce très salée dans laquelle on retrouve généralement une saveur de bœuf ainsi que plusieurs autres épices. Et si vous souhaitez vivre l’aventure jusqu’au bout, allez-y avec les ingrédients supplémentaires : les saucisses, les oignons et le bœuf haché rajouteront de la consistance à votre plat et multiplieront sans gêne ses calories déjà plutôt imposantes.

La viande fumée, un autre classique

Smoked meat

Bien qu’elle soit consommée depuis des milliers et des milliers années, la viande fumée semble avoir pris une importance bien particulière au Québec. À Montréal, par exemple, les franchises de « smoked meat », comme on l’appelle également, ont commencé le combat dès les années 1930 pour la domination du marché. Il faut dire qu’en termes de smoked meat, Montréal est difficile à battre! On reconnaît cette viande particulière par son côté très salé ainsi que son caractère généralement bien juteux. On consomme beaucoup le smoked meat dans les sandwiches, accompagné par exemple de moutarde.

Les produits de l’érable sont aussi incontournables

Il est presque impossible, si vous habitez en France, de ne jamais avoir entendu parler du mythique sirop d’érable québécois. Provenant initialement des arbres, l’eau d’érable sera ensuite bouillie pendant plusieurs heures afin de faire évaporer une partie de l’eau et ainsi augmenter la concentration du précieux sirop en sucre naturel. Hormis les sucreries, on utilisera également le sirop d’érable pour donner un goût sucré aux produits du porc, par exemple le jambon ou les petites saucisses. Ses usages sont multiples : il existe même un whisky au sirop d’érable, le Sortilège, qui est garanti de vous procurer des sensations fortes!

À travers le monde, on ne reconnaît pas suffisamment le Québec pour sa gastronomie. Que ce soit pour sa nourriture réconfortante ou pour ses produits plus haut de gamme, qui auraient besoin d’un autre article complet pour être découverts, il faut que vous fassiez l’expérience par vous-mêmes!

Les dix plus belles attractions de Québec

Les attractions de la ville de Québec, située dans la province du même nom, reflètent le riche passé qui rend cette ville unique et si importante en Amérique du Nord. Par une simple promenade dans la vieille ville, vous verrez des bastions, des fortifications et l’architecture qui remonte à aussi loin que les années 1600.

1. La Citadelle

citadel

La forteresse en forme d’étoile est l’une des caractéristiques les plus distinctives de Québec. Datant de 1820, la citadelle est un vestige de l’occupation britannique et sert aujourd’hui de résidences officielles du 22e régiment royal et la gouverneure générale du Canada, un musée et une attraction touristique populaire. Pendant les mois d’été, les visiteurs peuvent observer les traditions militaires, comme la Relève de la garde royale.

2. Champs de bataille nationaux / Plaines d’Abraham

plaine abraham

les Plaines d’Abraham, assis haut sur le bord du fleuve Saint-Laurent, est le site de nombreuses batailles français-britannique, y compris la bataille central de Québec en 1759. L’espace vert de 108 hectares a été baptisé champs de bataille national en 1908 et sert aujourd’hui à la fois un site historique – avec des visites d’information et des monuments historiques – et de l’espace vert pour profiter du plein air. En été, les touristes peuvent assister à de nombreux spectacles sur les plaines d’Abraham lors du festival d’été de Québec.

3. Musée national des Beaux-Arts du Québec

musée beaux-arts

Situé à l’extrémité sud-ouest des plaines d’Abraham, le Musée national des Beaux-Arts du Québec détient la plus importante collection de peintures et de sculptures réalisées par des artistes québécois. Le musée comprend des œuvres de trois époques principales: début religieux, d’influence européenne à travers les modernistes des années 1900 et le figuratif et l’art abstrait à partir du milieu du 20e siècle.

4. Musée de la Civilisation

musée civilisation

Le Musée de la Civilisation de Québec est un complexe magnifique et fascinant de bâtiments en plein cœur de la ville. Trois expositions permanentes se concentrent sur la vie dans la province de Québec par ses siècles d’occupation européenne, rendent hommage à la relation entre les Européens et les habitants des premières nations québécoises.

5. Place-Royale

place royale

Cette petite place pittoresque est considérée comme le berceau de l’Amérique française. Deux mille ans avant les Européens, même débarqué sur les côtes du Canada, les Amérindiens se sont arrêtés à la Place-Royal pour y pratiquer le commerce de la fourrure, du cuivre et du poisson. La Place-Royale est restée une plaque tournante de l’activité commerciale dans les années 1800. Aujourd’hui, la Place-Royale a été restauré et est l’une des attractions les plus visités et photographiés de la ville de Québec.

6. Le parlement

Eugène-Étienne Taché (1836-1912) s’est inspiré du Louvre à Paris dans la conception de l’édifice du Parlement à Québec. Le bâtiment quadrilatère entourant une cour intérieure abrite des représentants du gouvernement du Québec ainsi que le premier ministre. Les visiteurs ont la chance d’assister aux débats parlementaires, participer à une visite guidée gratuite ou manger au restaurant Le Parlementaire.

7. Château Frontenac

chateau frontenac

Assis majestueusement au-dessus du Vieux-Québec et le fleuve Saint-Laurent, le Château Frontenac a été magnifiquement restauré au cours des années pour mettre en valeur son architecture exquise du 19ème siècle. Même si vous ne restez pas au château, un détour en vaut la peine! Reconverti en hôtel, le Château Frontenac est l’un des cinq hôtels les plus cher au Canada. Si vous être fortuné et que vous désirez vivre au Québec pour un bon moment, le Château Frontenac est sans aucun doute l’endroit parfait.

8. Cathédrale Notre-Dame de Québec

notre dame

Érigé dans les années 1600, la cathédrale Notre-Dame de Québec fait partie de la plus ancienne paroisse de l’Amérique du Nord. Comme tant d’autres trésors architecturaux du Québec, la cathédrale a été ravagé par un incendie lors d’une guerre et a été reconstruit deux fois. Les visites sont gratuites et des visites guidées sont offertes pour une somme modique de Mai à Octobre sur réservation ou à d’autres moments de l’année.

9. Terrasse Dufferin

Assis sur le haut Saint-Laurent, au pied du Château Frontenac, la terrasse Dufferin est doté d’une superbe vue aérée à travers le cours d’eau à Lévis et du Vieux-Québec. En été, la terrasse est très vivante avec des artistes et musiciens, et en hiver, elle conduit à une glissade de glace gigantesque qui n’est pas pour les faibles de cœur.

10. Fortifications

fortification

Québec est la seule ville fortifiée restante en Amérique du Nord, ce qui a conduit à son statut de site du patrimoine mondial. La muralle du Vieux québec mesure près de 6 kilomètres de long. Devant ce monument, on se sent soudainement transporté vers le 17e siècle.

La politique de prix des maisons

MONTRÉAL – Même avant les élections provinciales de cet automne, de nombreuses personnes se sont questionnées sur l’influence qu’aurait le Parti Québécois, s’il gagnait les élections, sur le prix des maisons.

Avec les préoccupations en cours de bétonnage dans le marché de la copropriété et les niveaux d’endettement en hausse chez les Canadiens, certains craignent que l’un des plus grands risques pour les valeurs des propriétés du Grand Montréal viendrait d’une « Pauline Premier », en référence à la chef du PQ Pauline Marois.

Pourtant, les économistes et les observateurs de l’immobilier sont prompts à rejeter l’idée d’une victoire du PQ qui conduirait automatiquement à une baisse de la valeur des propriétés résidentielles dans la région du Grand Montréal.

«S’il y avait un référendum sur la souveraineté, je serais intéressé, mais pas si le Parti québécois est tout simplement élu », a déclaré un dirigeant francophone du Québec une grande agence immobilière qui a parlé à condition que son nom ne soit pas imprimé, en raison de la la sensibilité du sujet.

Cela dit, les perceptions associées à une victoire du PQ pourrait mettre un frein à ce qui a été lent, mais l’intérêt croissant des investisseurs étrangers et à l’extérieur de la province dans les milliers d’unités de condos neufs sont annoncés pour le centre de Montréal, le plus grand boom immobilier depuis le premier élection du PQ en 1976.

maison

Les niveaux d’immigration, qui ont été en hausse constante depuis 2005, pourrait également ralentir considérablement si le Parti Québécois était mis au pouvoir. «Les investisseurs à l’étranger déteste les climats politiques qui pourraient être fragile », a déclaré Brian Persaud, un courtier immobilier de Toronto, et l’auteur du livre Investir dans les Condominiums. « Il existe une association que le PQ équivaut à la séparation. »

Jetez un oeil à la valeur des maisons à Montréal depuis 1980 et vous verrez un marché lent et régulier. Les prix des maisons unifamiliales dans la région du Grand Montréal sont encore à la traîne de la moyenne canadienne, malgré le doublement entre 2000 et 2008. Pourtant, la région de Montréal seulement a diminué au cours de cinq des 21 dernières années, quel que soit le gouvernement provincial était au pouvoir.

Pour un changement de gouvernement qui affectera les prix des maisons, il faudrait une incidence directe sur les facteurs qui influent sur l’immobilier, y compris les données démographiques, l’emploi et les taux d’intérêts, a expliqué Carlos Leitao, économiste en chef à la Banque Laurentienne. La première élection du gouvernement du Parti québécois en 1976 est l’un de ces changements, car il a entraîné le départ de masse des sièges et des anglophones montréalais.

«Dans les précédents épisodes politiques, en particulier dans les années 1970, il y avait une nette tendance démographique – l’exode massif de personnes, » a dit Leitao. Le Conseil immobilière du Grand Montréal, cependant, ne dispose pas de données sur les prix des maisons unifamiliales avant 1980.

Dans le milieu des années 1990, les prix des maisons unifamiliales dans la région du Grand Montréal ont diminué de un pour cent à deux pour cent par an. Le prix des condos, pour sa part, a glissé de six pour cent en 1996, un an après que  le camp du Non a fait une maigre victoire suite à un référendum clou-biter sur la séparation.

Leitao et d’autres, comme l’économiste et spécialiste en investissement immobilier Karsten von Wersebe, cependant, attribuent la baisse des prix au cours des années 1990 plus à l’économie que le climat politique. Le milieu des années 1990 étaient des années de récession, aggravée par les mesures gouvernementales d’austérité budgétaire.

« Pour moi, le plus gros problème à l’époque était la récession qui a été très difficile», a dit Karsten Von Wersebe.

Une victoire du Parti Québécois, aujourd’hui, a ajouté M. von Wersebe, pourrait mettre certains propriétaires très nerveaux, mais une baisse de la confiance des consommateurs ne conduirait pas à une ruée des propriétaires de vendre leurs maisons, si les niveaux d’emploi et les taux d’intérêt reste stable.