Le marché des logements en rénovation

Un marché incontournable

Il existe aujourd’hui de nombreux enjeux pour le marché de la rénovation des habitations en France. Le pays compte plus de 32 millions d’habitations, dont 18 millions ont été construits avant 1975 et nécessitent donc certainement des rénovations. Celles-ci doivent surtout se faire au niveau thermique. En effet, 1975 est l’année de la première réglementation thermique, soumise à de nombreuses évolutions depuis lors.

Des chiffres qui restent encourageant
Si ce marché devrait avoir de beaux jours devant lui grâce à ces chiffres, il n’en demeure pas moins soumis aux lois du marché et du contexte qui rendent son essor plus complexe que prévu. En effet, les différentes réglementations en matière d’énergie ou de construction rendent le secteur plus compliqué et dissuadent certains entrepreneurs de se lancer dans ce milieu. Malgré tout, il représente la moitié du chiffre global du secteur de la construction, et ne peut donc être ignoré aussi bien par les politiques que par les professionnels du milieu. Il reste un secteur dynamique dont les exemples de réussites ne manquent pas, comme l’on peut notamment en voir sur cette page.

De nouvelles perspectives grâces aux rénovations énergétiques
La rénovation passe aujourd’hui obligatoirement par une rénovation thermique et énergétique, non seulement à cause des nouvelles lois en la matière, mais aussi à cause des convictions plus vertes des citoyens français. De plus, les études montrent clairement l’intérêt pour les différents budgets, de ménages comme publics, d’avoir des bâtiments qui respectent certaines règles. Avec une meilleure isolation, les économies sont réelles en termes de chauffage et d’électricité. Aussi, les pertes sont moindres lorsque le matériel utilisé respecte les standards actuels. Il y a donc ici un créneau porteur que les entrepreneurs doivent prendre en compte dans leurs recherches de nouveaux marchés. En effet, si les rénovations dans les bâtiments d’habitation individuels passent souvent par des artisans, amis parfois de la famille et ne représentent que rarement des marchés intéressants pour les plus gros entrepreneurs, le milieu de l’énergie lui nécessite une formation appropriée, ainsi qu’un matériel de pointe que tous les artisans n’ont pas en leur possession. Les rénovations de bâtiments publics passent également par ces contraintes énergétiques, notamment pour ce qui est des logements sociaux issus d’un parc de plus en plus vieillissant et ne correspondant plus aux normes. La France prévoit d’ailleurs un budget important pour ces travaux de rénovation. Pour le marché privé, de plus en plus de ménages ont à nouveau accès à des crédits, notamment grâce aux aides étatiques octroyées en la matière, les incitant à passer le pas. Il est dès à présent possible de sentir l’impact positif des mesures de soutien prises. Les effets recherchés par cette nouvelle loi et ces incitants sont l’émergence de plus de bâtiments à basse consommation et à énergie positive. Ces ménages voient l’investissement que cela peut représenter comme positif, car à long terme il permet de faire des économies intéressantes et non négligeables. Ces marchés, aussi importants soient-ils, doivent trouver une réponse du côté des professionnels qui ne doivent pas se trouver à la traîne ou en décalage avec la demande. Les entreprises doivent donc répondre à un enjeu de formation continue de leur personnel, car les technologies sont amenées à évoluer constamment, mais également dans son matériel. L’objectif ici est de répondre à cette nouvelle demande.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)