Maison heineken

Heineken, une bière qui aurait pu devenir maison

Le recyclage des matériaux en tout genre est un concept qui peine à être efficace dans la société actuelle. Alors qu’une bonne partie de ce qui est envoyé aux centres de tri finit au dépotoir et que le prix de certaines ressources atteint des sommets, il apparaît critique de se questionner sur les fondements de la consommation de masse et de la réutilisation des matériaux. Un exemple publié dans certains quotidiens récemment amène à se questionner!

Dans le monde immobilier, une petite révolution aurait pu se produire il y a environ 40 ans. En effet, un producteur mondial de bières, la compagnie Heineken, avait envisagé à l’époque de construire ses bouteilles de façon carrée, histoire de de pouvoir les utiliser, suite à la consommation de la bière, pour construire des murs de maison! Imaginez si votre condo avait été construit de cette façon… une image assez amusante, en effet.

Maison heineken
Le prototype de la maison faite en bouteilles de bière!

Pourquoi cette idée?

À la base, l’histoire dit qu’Alfred Heineken, dirigeant de la société au milieu du 20e siècle, a décidé de visiter les différents pays où ses usines étaient établies afin de mieux connaître ses marchés. En marchant sur la plage de l’île de Curacao, dans les Caraïbes, il aurait été consterné de constater que les bouteilles d’Heineken jonchaient le sol de la plage et qu’il ne pouvait pas marcher plus de 15 pieds sans tomber sur un de ses cadavres de produits. Bien qu’à l’époque, les bouteilles étaient généralement réutilisées pour le remplissage, les infrastructures de l’île n’étaient pas adaptées au retour de masse des bouteilles de bières. D’un autre côté, certaines communautés manquaient cruellement de matériaux de construction à cause de leur niveau de vie plutôt pauvre…

Pourquoi l’idée fut-elle abandonnée?

En fait, à cause des plaies du capitalisme, on décida que la « bouteille-brique » de Heineken ne devrait pas être conservée. Plus concrètement, on reprochait au concept :

  • D’être trop coûteux à produire
  • De ne pas s’emboîter suffisamment bien
  • De ne pas avoir un design satisfaisant

Dans le monde de l’empaquetage et de l’embouteillage, on dit parfois que même une hausse d’un sous dans le coût de production d’un emballage ou d’une bouteille peut avoir un effet dramatique sur les affaires de l’entreprise. Même les visées humanistes d’Alfred Heineken n’ont pas su vaincre le désir insatiable de faire des profits.

Au niveau de l’emboîtement, le problème est toutefois compréhensible : pour qu’une bouteille puisse être pratique pour la consommation de bière, il faut qu’un certain goulot allongé soit présent pour verser le liquide dans la bouche… ce qui, malheureusement, nuisait à la structure de la maison potentielle.

Enfin, en ce qui concerne le design, certains gourous du marketing mentionnèrent que le look de la bouteille proposée aurait été trop « efféminé ». Comme les publicistes de la bière considèrent depuis des décennies les hommes comme des créatures de cavernes sans aucun intérêt autre que la conquête de la femme, ce design aurait nuit sans conteste à la masculinité primordiale du bipède.

Comme vous pouvez le voir dans l’image présentée plus haut, la maison bière avait pourtant un certain potentiel, du moins pour les communautés pauvre de la planète. Espérons que les ingénieurs d’aujourd’hui continueront de s’intéresser à la question des matériaux abordables et qu’ils auront plus de succès (et d’ambition).

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)