Les différents types de faillites au Canada

Dans notre société actuelle, les révisions des lois sur la faillite et les changements dans l’attitude des consommateurs vers la faillite ont créés un climat dans lequel les individus et les entreprises considèrent la faillite comme un remède plus plausible pour des problèmes financiers qu’une saine gestion financière efficace.

La loi sur les faillites révisée, adopté en 1978, est entrée en vigueur le 1 octobre 1979. Cette loi consolide des chapitres de lois antérieures relatifs aux réorganisations d’entreprises et a cherché à rationaliser l’administration des tribunaux de la faillite, mais ses changements les plus importants impliquent la faillite personnelle. Cette révision fait de la faillite une option plus attrayante pour les débiteurs à la fois personnelles et professionnelles, principalement parce qu’elle a augmenté le montant des actifs qui pourraient être exemptés de liquidation.

La loi sur les faillites réglemente trois types primaires de la faillite: entreprises, personnels et la réorganisation ferme.

La faillite des entreprises

Les lois sur la faillite des entreprises sont extrêmement complexes. Pour cette raison, les conseils devraient être recherchés auprès d’un avocat qualifié. En général, la faillite d’entreprise s’inscrit dans trois chapitres du Bankruptcy Code : Chapitre 7, chapitre 11, et la faillite involontaire.

faillite entreprise

Chapitre 7 : Si le juge des faillites ne crois pas qu’une entreprise peut réellement être viable, il peut choisir de dissoudre la société ou une entreprise en vertu du chapitre 7 de la loi sur la faillite. Ce faisant, l’entreprise est inventorié et, sous la supervision d’un syndic de faillite nommé par le tribunal, l’entreprise est dissoute et les actifs vendus pour satisfaire les créanciers. Dans la plupart des cas, les créanciers recevront seulement un pourcentage de la dette initiale en circulation.

Chapitre 11 : Cette section de la loi sur la faillite décrit comment une société ou une entreprise peut déposer pour la protection fédérale sur la faillite et de réorganisation sous sa direction actuelle, tout en continuant à fonctionner comme elle fonctionne sur un plan pour rembourser ses créanciers. Normalement, une entreprise dispose de trois à cinq ans pour rembourser ses créanciers un minimum de ce que le créancier aurait reçu si l’entreprise est liquidée en vertu du chapitre 7.

La faillite involontaire : La loi sur les faillites permet aux créanciers de déposer une pétition de faillite et de forcer une entreprise débitrice de répondre au tribunal des faillites. Cette procédure permet aux créanciers de forcer un débiteur qui possède des biens, mais refuse de payer les créanciers au tribunal. Bien que la faillite involontaire peut être imposée à un individu ou une entreprise, il est plus fréquent avec la faillite des entreprises.

La faillite personnelle

Comme avec la faillite des entreprises, la faillite personnelle doit être déposée sous le conseil et la direction d’un avocat qualifié. La faillite personnelle est généralement traité en trois chapitres de la loi sur la faillite: Chapitre 7, chapitre 11, et au chapitre 13.

faillite personnelle

Chapitre 7 : Le but d’une faillite du chapitre 7 est de permettre à une personne d’obtenir un nouveau départ, tout étant à l’abri des créanciers et libre des pressions de la dette. Fondamentalement, le chapitre 7 est un plan de dissolution financière personnelle. Comme avec un chapitre 7 de faillite d’entreprise, un administrateur nommé par le tribunal prend possession de tous les biens et actifs non exempté, les convertit en argent comptant, et distribue les fonds aux créanciers. Les articles exemptés comprennent des éléments indiqués, une certaine somme d’argent dictée par le syndic de faillite et quelques effets personnels. La plupart des débiteurs sont en mesure de conserver la propriété dont ils ont besoin pour vivre. Après le dépôt de réparation en vertu du chapitre 7, un débiteur peut, comme dicté par le syndic, recevoir une décharge.

Une décharge interdit de façon permanente les créanciers de tenter de recouvrer ces créances garanties et non garanties énumérées dans la déclaration de faillite. Il pourrait s’agir de paiements en souffrance hypothécaire ou le loyer et les pénalités, la dette de carte de crédit, les factures médicales ou les prêts à la consommation. Cependant, certaines dettes ne sont pas libérables. Celles-ci pourraient inclure des taxes fédérales et d’État, les prêts scolaires, les pensions alimentaires, la restitution criminelle ou des dettes en cas de décès ou de blessures causés par la conduite en état d’ébriété de l’alcool ou de la drogue. Si les individus reçoivent une décharge en vertu du chapitre 7, ils ne peuvent pas recevoir une autre décharge en vertu du chapitre pour les six prochaines années.

Chapitre 11 : Bien que les débiteurs individuels peuvent choisir de déposer un chapitre 11, ce type de faillite est extrêmement compliqué, plus il peut y avoir des avantages à dépôt dans un chapitre différent. Un avocat qualifié doit être en mesure de dire si le chapitre 11 est judicieux à la cause du client. Le chapitre est si complexe que nous l’aborderons pas plus dans cet article.

Chapitre 13 : Le chapitre 13 de la loi sur la faillite est destiné à permettre aux individus de se réorganiser et de fonctionner sous la protection des tribunaux contre leurs créanciers. Les individus sont éligibles au chapitre 13 si leurs dettes ne dépassent pas un certains montants énoncés dans la loi et s’ils ont un revenu stable.

En vertu d’une déclaration de faillite du chapitre 13, le débiteur doit déposer promptement un plan de remboursement et obtenir l’approbation du tribunal. Tout créancier peut s’opposer à ce plan. Le débiteur, avec le syndic de faillite nommé par le tribunal, doit travailler sur les objections au plan avant que le tribunal l’approuve. Le délai de remboursement typique d’un plan de chapitre 13 est de trois à cinq ans. Le débiteur effectue des versements réguliers au syndic et celui-ci distribue ensuite ces sommes aux créanciers selon les modalités du régime.

Après l’achèvement du plan, les dettes énumérées dans la faillite sont rejetés à l’exception de certaines taxes, les paiements de pension alimentaire, les prêts étudiants; certaines créances, y compris des amendes pénales et à la restitution et les dettes en cas de décès ou de blessures causés par la conduite en état d’ébriété de l’alcool ou de la drogue, et certaines obligations à long terme garantis.

Réorganisation Ferme

La loi de faillite du chapitre 12 a été créé pour aider les agriculteurs familiaux qui ont besoin de réorganiser leurs dettes, tout en conservant et travailler leurs terres. Ce type de faillite est destiné à aider les agriculteurs qui ont le potentiel de se réorganiser et de leur permettre un soulagement de la lourde dette et en même temps permettre aux agriculteurs de payer leurs créanciers ce qui est jugé raisonnable.

Les règles pour le chapitre 12 de faillite sont calquées après celles du chapitre 13. Un chapitre 12 peut être déposé que par les agriculteurs familiaux et certaines entreprises. Un syndic de faillite est nommé, mais le fermier reste le plus souvent en possession de la ferme tout en formulant un plan.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.0/10 (2 votes cast)
Les différents types de faillites au Canada, 9.0 out of 10 based on 2 ratings