Archives de catégorie : Fiscalité

L’évolution du nombre de PME au Royaume-Uni

Généralité sur les PME

Les PME sont des entreprises dont la taille, le nombre des travailleurs, le chiffre d’affaires, ne dépassent pas certaines limites. Les définitions des limites des PME diffèrent selon les pays. Dans les PME, il y a une forte centralisation et personnalisation de la gestion par le propriétaire ou le dirigeant. Le système d’informations utilisé dans les PME est peu formalisé. Pour s’adapter au marché, les PME ont une capacité d’innover rapidement leurs biens et services. A l’heure actuelle, les PME jouent un rôle très important dans la création d’emplois dans plusieurs pays du globe. Au Royaume-Uni par exemple, il y a une évolution rapide des PME sur le marché. Plusieurs investisseurs ont choisi ce secteur pour se créer une valeur ajoutée importante. Dans le cas présent, l’important est de savoir quelles sont les conditions nécessaires qu’un entrepreneur et/ou investisseur doit prendre en compte lorsqu’il veut mettre en place une PME. Vous aurez plus de détails sur ce sujet ici.

Ce qu’il faut pour une PME

Pour la bonne marche d’une PME, le service de la comptabilité doit être dynamique. Les personnes travaillant dans ce domaine doivent être compétentes et suivre des formations auprès des experts-comptables. Le service de la comptabilité est très sensible pour une entité. Si le professionnel n’est pas bien formé, l’entreprise court plusieurs risques. Elle peut payer des pénalités fiscales si certaines écritures de régularisation sont erronées. A la clôture de l’exercice, un entrepreneur qui veut assurer la pérennité de son entreprise doit faire recours à un cabinet d’expertise-comptable pour un audit extracomptable. Pour entrer en contact avec des experts comptables compétents qui peuvent bien auditer vos comptes, vous pouvez vous rendre sur groupesae par le biais d’Internet. Généralement, ce sont ces professionnels qui assurent la mission du commissariat au compte et d’audit pour plusieurs PME au Royaume-Uni.

Ce qu’il faut savoir avant d’obtenir un prêt hypothécaire

Obtenir un prêt hypothécaire est une étape très important pour effectuer un achat considérable comme une maison, et vous aurez envie de vous assurer que vous êtes bien préparé lorsque vous entrez dans le processus de financement.

Faites vos devoirs

Faites des recherches sur les différents types de prêts hypothécaires généralement disponibles, puis commencer à regarder les différents prêteurs pour voir ce qu’ils proposent. Si vous n’êtes pas sûr de savoir par où commencer, vous voudrez peut-être demander à un ami ou un parent pour des suggestions, en particulier si vous savez qu’ils ont déjà pris part aux procédure afin d’obtenir un prêt pour eux-même dans le passé. Une fois que vous avez réduit votre liste de prêteurs potentiels, vérifiez leurs informations d’identification. Vous pouvez généralement le faire avec le Better Business Bureau ou votre section locale de l’Association nationale des courtiers en hypothèques. Cela vous évitera bien des soucis lors du financement de votre maison.

Comprendre les facteurs impliqués dans l’obtention de votre prêt

Les prêteurs hypothécaires ont une longue liste de choses qu’ils considèrent lors de l’approbation de votre prêt hypothécaire. Vous pouvez prendre le temps d’examiner comment chaque facteur pourrait affecter vos chances d’être approuvé. Ces facteurs comprennent:

Votre revenu: Lorsque vous tentez de vous qualifiez pour un prêt hypothécaire, le prêteur regardera généralement votre revenu brut, qui est le montant que vous gagnez avant impôts, à savoir si vous serez en mesure d’effectuer vos paiements mensuels. Si vous voulez être considérés comme un bon payeur, votre revenu brut pourrait également inclure des éléments tels que la rémunération moyenne des heures supplémentaires, les commission et les épargnes.

Vos obligations financières: En règle générale, la plupart des prêteurs exigent que votre paiement hypothécaire mensuel, les intérêts, les impôts fonciers et les assurances, ne pas dépasser 28% de votre revenu mensuel brut. Pour déterminer votre limite de dépense de logement recommandé, il suffit de multiplier votre salaire annuel de 0,28, puis diviser par 12 mois. Ainsi, par exemple, si vous faites 35 000$ par an, vos frais de logement ne devraient pas être supérieur à 816,67$ par mois.

Le ratio dette/revenu: Votre ratio dette-revenu montre comment une grande partie de votre revenu brut iraient au remboursement de toutes vos dettes, y compris votre prêt hypothécaire, les prêts automobiles, prêts étudiants, les factures de carte de crédit, le soutien des enfants, la pension alimentaire ou autre frais mensuels. En général, votre obligation totale de la dette mensuelle ne doit pas être supérieure à 36% de votre revenu brut. Si vous voulez comprendre votre limite d’endettement mensuel recommandée basée sur le ratio dette/revenu, il suffit de multiplier votre salaire annuel de 0,36, puis diviser par 12 mois. Donc, si vous faites 35 000$ par an, votre dette ne doit pas être supérieur à 1 050$ par mois.

Les antécédents de crédit: Votre dossier de crédit joue un grand rôle dans l’obtention d’un prêt hypothécaire immobilier. Les prêteurs utilisent cette information pour déterminer le risque qu’ils vont prendre sur vous en vous prêtant de l’argent. Avant d’approcher un prêteur, vous aurez envie d’obtenir une copie de votre dossier de crédit et d’analyser pour trouver des erreurs ou des problèmes potentiels que vous aurez besoin de corriger. Plus vous avez un bon antécédent de crédit et meilleures sont vos chances de faire approuver un prêt avec un taux d’intérêt inférieur.

Les antécédents professionnels: La plupart des prêteurs préfèrent prêter de l’argent à des emprunteurs qui ont travaillé régulièrement et dont les revenus ont augmenté de façon constante au cours des dernières années. Vous devrez peut-être fournir à votre prêteur des informations supplémentaires sur vos antécédents de travail si vous êtes travailleur autonome, le travail à la commission ou que vous avez été à votre emploi actuel depuis moins de deux ans.

Évaluation des biens: Les prêteurs veulent s’assurer que la valeur des biens est ce que vous offrez à payer, donc ils nécessitent habituellement une évaluation professionnelle effectuée afin de déterminer la valeur de la maison. L’évaluation est généralement basé sur l’état de la maison et les prix de vente des maisons comparables dans la région.

Considérez votre acompte

Pour la plupart des acheteurs, en particulier les acheteurs de première maison, l’acompte peut être un obstacle majeur à surmonter. En règle générale, pour le prêteur ou le courtier hypothécaire, il faudra un acompte en argent de 5% à 20% du prix d’achat. Si vous pouvez vous permettre de poser un plus grand acompte que ce que votre prêteur exige, vous devriez envisager de le faire, vous pouvez souvent réduire votre paiement hypothécaire ou vous offrir une maison plus chère en mettant plus d’argent en acompte. Si votre mise de fonds est inférieure à 20% du prix d’achat, vous pourriez avoir à obtenir l’assurance hypothécaire privée pour protéger le prêteur avant que votre prêt soit approuvé. Grâce à l’assurance de prêt hypothécaire, vous payez les primes, mais le prêteur est le bénéficiaire. Le prêteur est alors couvert en cas de défaut de paiement.

Connaître les frais supplémentaires

Acheter une maison et obtenir un prêt hypothécaire est quelque chose qui est livré avec un lot de paperasse et pas mal de frais supplémentaires. Votre prêteur est tenu de vous fournir ce qui est connu comme une estimation de bonne foi des redevances dues à la clôture. Ce document doit être fourni dans un délai de trois jours d’une demande de prêt hypothécaire. Les coûts des frais de clôture, ou de règlement, couvriront presque tous les frais liés à votre prêt hypothécaire. Les frais de clôture sont généralement de 3% à 5% du prix d’achat, alors vous voudrez peut-être attendre d’avoir reçu l’estimation de bonne foi avant de vous engager pour un prêt.

N’oubliez pas que les prêteurs incluent également le coût des taxes et des assurances lorsque l’on considère combien ils pensent que vous pouvez vous permettre d’emprunter. Vous pouvez obtenir une estimation de ce que votre impôt foncier pourrait être à partir de votre agent immobilier ou au bureau local des impôts. Vous devez également obtenir une estimation sur l’assurance habitation auprès de votre agent d’assurance.

Les différents types de faillites au Canada

Dans notre société actuelle, les révisions des lois sur la faillite et les changements dans l’attitude des consommateurs vers la faillite ont créés un climat dans lequel les individus et les entreprises considèrent la faillite comme un remède plus plausible pour des problèmes financiers qu’une saine gestion financière efficace.

La loi sur les faillites révisée, adopté en 1978, est entrée en vigueur le 1 octobre 1979. Cette loi consolide des chapitres de lois antérieures relatifs aux réorganisations d’entreprises et a cherché à rationaliser l’administration des tribunaux de la faillite, mais ses changements les plus importants impliquent la faillite personnelle. Cette révision fait de la faillite une option plus attrayante pour les débiteurs à la fois personnelles et professionnelles, principalement parce qu’elle a augmenté le montant des actifs qui pourraient être exemptés de liquidation.

La loi sur les faillites réglemente trois types primaires de la faillite: entreprises, personnels et la réorganisation ferme.

La faillite des entreprises

Les lois sur la faillite des entreprises sont extrêmement complexes. Pour cette raison, les conseils devraient être recherchés auprès d’un avocat qualifié. En général, la faillite d’entreprise s’inscrit dans trois chapitres du Bankruptcy Code : Chapitre 7, chapitre 11, et la faillite involontaire.

faillite entreprise

Chapitre 7 : Si le juge des faillites ne crois pas qu’une entreprise peut réellement être viable, il peut choisir de dissoudre la société ou une entreprise en vertu du chapitre 7 de la loi sur la faillite. Ce faisant, l’entreprise est inventorié et, sous la supervision d’un syndic de faillite nommé par le tribunal, l’entreprise est dissoute et les actifs vendus pour satisfaire les créanciers. Dans la plupart des cas, les créanciers recevront seulement un pourcentage de la dette initiale en circulation.

Chapitre 11 : Cette section de la loi sur la faillite décrit comment une société ou une entreprise peut déposer pour la protection fédérale sur la faillite et de réorganisation sous sa direction actuelle, tout en continuant à fonctionner comme elle fonctionne sur un plan pour rembourser ses créanciers. Normalement, une entreprise dispose de trois à cinq ans pour rembourser ses créanciers un minimum de ce que le créancier aurait reçu si l’entreprise est liquidée en vertu du chapitre 7.

La faillite involontaire : La loi sur les faillites permet aux créanciers de déposer une pétition de faillite et de forcer une entreprise débitrice de répondre au tribunal des faillites. Cette procédure permet aux créanciers de forcer un débiteur qui possède des biens, mais refuse de payer les créanciers au tribunal. Bien que la faillite involontaire peut être imposée à un individu ou une entreprise, il est plus fréquent avec la faillite des entreprises.

La faillite personnelle

Comme avec la faillite des entreprises, la faillite personnelle doit être déposée sous le conseil et la direction d’un avocat qualifié. La faillite personnelle est généralement traité en trois chapitres de la loi sur la faillite: Chapitre 7, chapitre 11, et au chapitre 13.

faillite personnelle

Chapitre 7 : Le but d’une faillite du chapitre 7 est de permettre à une personne d’obtenir un nouveau départ, tout étant à l’abri des créanciers et libre des pressions de la dette. Fondamentalement, le chapitre 7 est un plan de dissolution financière personnelle. Comme avec un chapitre 7 de faillite d’entreprise, un administrateur nommé par le tribunal prend possession de tous les biens et actifs non exempté, les convertit en argent comptant, et distribue les fonds aux créanciers. Les articles exemptés comprennent des éléments indiqués, une certaine somme d’argent dictée par le syndic de faillite et quelques effets personnels. La plupart des débiteurs sont en mesure de conserver la propriété dont ils ont besoin pour vivre. Après le dépôt de réparation en vertu du chapitre 7, un débiteur peut, comme dicté par le syndic, recevoir une décharge.

Une décharge interdit de façon permanente les créanciers de tenter de recouvrer ces créances garanties et non garanties énumérées dans la déclaration de faillite. Il pourrait s’agir de paiements en souffrance hypothécaire ou le loyer et les pénalités, la dette de carte de crédit, les factures médicales ou les prêts à la consommation. Cependant, certaines dettes ne sont pas libérables. Celles-ci pourraient inclure des taxes fédérales et d’État, les prêts scolaires, les pensions alimentaires, la restitution criminelle ou des dettes en cas de décès ou de blessures causés par la conduite en état d’ébriété de l’alcool ou de la drogue. Si les individus reçoivent une décharge en vertu du chapitre 7, ils ne peuvent pas recevoir une autre décharge en vertu du chapitre pour les six prochaines années.

Chapitre 11 : Bien que les débiteurs individuels peuvent choisir de déposer un chapitre 11, ce type de faillite est extrêmement compliqué, plus il peut y avoir des avantages à dépôt dans un chapitre différent. Un avocat qualifié doit être en mesure de dire si le chapitre 11 est judicieux à la cause du client. Le chapitre est si complexe que nous l’aborderons pas plus dans cet article.

Chapitre 13 : Le chapitre 13 de la loi sur la faillite est destiné à permettre aux individus de se réorganiser et de fonctionner sous la protection des tribunaux contre leurs créanciers. Les individus sont éligibles au chapitre 13 si leurs dettes ne dépassent pas un certains montants énoncés dans la loi et s’ils ont un revenu stable.

En vertu d’une déclaration de faillite du chapitre 13, le débiteur doit déposer promptement un plan de remboursement et obtenir l’approbation du tribunal. Tout créancier peut s’opposer à ce plan. Le débiteur, avec le syndic de faillite nommé par le tribunal, doit travailler sur les objections au plan avant que le tribunal l’approuve. Le délai de remboursement typique d’un plan de chapitre 13 est de trois à cinq ans. Le débiteur effectue des versements réguliers au syndic et celui-ci distribue ensuite ces sommes aux créanciers selon les modalités du régime.

Après l’achèvement du plan, les dettes énumérées dans la faillite sont rejetés à l’exception de certaines taxes, les paiements de pension alimentaire, les prêts étudiants; certaines créances, y compris des amendes pénales et à la restitution et les dettes en cas de décès ou de blessures causés par la conduite en état d’ébriété de l’alcool ou de la drogue, et certaines obligations à long terme garantis.

Réorganisation Ferme

La loi de faillite du chapitre 12 a été créé pour aider les agriculteurs familiaux qui ont besoin de réorganiser leurs dettes, tout en conservant et travailler leurs terres. Ce type de faillite est destiné à aider les agriculteurs qui ont le potentiel de se réorganiser et de leur permettre un soulagement de la lourde dette et en même temps permettre aux agriculteurs de payer leurs créanciers ce qui est jugé raisonnable.

Les règles pour le chapitre 12 de faillite sont calquées après celles du chapitre 13. Un chapitre 12 peut être déposé que par les agriculteurs familiaux et certaines entreprises. Un syndic de faillite est nommé, mais le fermier reste le plus souvent en possession de la ferme tout en formulant un plan.

Taux hypothécaire fixe ou variable?

Lorsque vous appliquez pour un prêt hypothécaire, vous devez choisir vos intérêts en fonction d’un taux fixe ou d’un taux variable. Cette décision est prise séparément du choix d’un type de prêt hypothécaire.

Hypothèque à taux d’intérêts fixe

Un taux d’intérêt fixe est déterminé au moment où vous demandez un prêt hypothécaire. Il en est de même pour toute la durée de votre prêt jusqu’au dernier remboursement. Dans ce cas, la somme de vos versements hypothécaires mensuels sont également fixes.

L’avantage d’une hypothèque à taux fixe est que votre taux d’intérêts ne change pas pendant la durée, pour que vous sachiez avec certitude quel est le montant des intérêts que vous aurez à payer (bien sûr, si vous ne faites pas de remboursements anticipés).

Hypothèque à taux d’intérêts variable

Si vous postulez pour un prêt hypothécaire à taux d’intérêt variable, il faut savoir que le taux variable peut changer pendant la durée. Cela dépend de l’évolution des taux d’intérêts du marché. Cela signifie que vous ne pouvez pas être sûr de savoir comment de quel montant sera votre prêt initial sera remboursé lors de votre terme hypothécaire. Néanmoins, le prêteur va certainement vous donner une estimation basée sur le taux que vous obtenez au début de la période.

Le choix d’un type de paiement dépend du prêteur et les modalités de votre prêt hypothécaire. L’avantage d’une hypothèque à taux variable est que les taux variables sont généralement plus faibles que ceux fixes. C’est pourquoi ce type de prêt hypothécaire peut être très attrayante pour les termes courts.

taux variable

En d’autres termes, les avantages de votre hypothèque à taux variable dépendra de la hausse des taux du marché ou à l’automne et il est très difficile de prédire ces tendances. Par exemple, pendant la période de 2000 à 2012, la Banque du Canada Rate, qui influe directement sur les taux hypothécaires, a varié de 0,25% à 6,0%.

Taux d’intérêt variable: conseils pour obtenir le meilleur prêt hypothécaire

Aujourd’hui, certains prêteurs peuvent vous offrir le plafonnement des taux d’intérêts ou des caractéristiques de convertibilité de leurs prêts hypothécaires. Ces options peuvent partiellement vous protéger contre certaines hausses de taux d’intérêts. Mais ces caractéristiques ne sont disponibles qu’après la signature d’un accord de nouveaux prêts hypothécaires.

La notion de «plafonnement des taux d’intérêts» désigne le taux d’intérêts maximum qu’un prêteur peut facturer sur votre prêt hypothécaire, peu importe l’augmentation du taux courant. Si vous avez un prêt hypothécaire avec élément de conversion, vous êtes autorisé à le convertir en un prêt hypothécaire à taux fixe pendant toute la durée. Habituellement, il n’y a aucune pénalité pour une telle conversion, mais dans certains cas, vous pouvez faire face à certaines exigences, c’est pourquoi il est toujours préférable de consulter votre prêteur.

Faites attention:

Si vous décidez d’utiliser l’option de convertibilité, vous devez savoir que votre nouveau taux d’intérêt fixe peut être plus élevé que la seule variable que vous aviez payé.

Le choix entre les hypothèques à taux fixe et variable

Bien sûr, les deux taux variables et fixes ont leurs propres avantages. Afin de comprendre quel type de taux hypothécaire est le meilleur pour vous, il est nécessaire de considérer quelques facteurs importants.

Un prêt hypothécaire à taux fixe peut être un bon choix pour vous si:

  • vous devez être sûr de ce taux d’intérêt que vous avez;
  • vous n’avez pas l’intention de modifier le montant de vos versements réguliers pendant la durée du prêt hypothécaire;
  • vous souhaitez savoir à l’avance combien de votre prêt hypothécaire sera remboursé à la fin de la période;
  • vous croyez que les taux du marché peut s’élever pendant la durée de votre prêt hypothécaire.

Un prêt hypothécaire à taux variable peut être un bon choix pour vous si:

  • vous êtes sûr que vous pouvez vous permettre une augmentation de votre versement hypothécaire au cas où les taux montent;
  • vous gardez un œil sur les évolutions actuelles de taux d’intérêt;
  • vous croyez que les taux d’intérêt peuvent rester inchangées ou même baisser au cours de votre prêt hypothécaire.